Saint Petersbourg et Super Rallye - juin 2014

reportage : Hanspeterg photos : Jean-Luc Gilfrich

Un peu d'histoire …........
En 2 013 , le grand Jack et moi avions décidé d'aller au Super Rallye , cette manif itinérante (comme le rallye européen du HOG) organisée à Wroclaw , en Pologne .
Manque de bol , j'ai commis l'erreur d'écouter un médecin . Résultat : une année 2013 complètement ratée d'un point de vue motocycliste . Pas de Super Rallye à Wroclaw ni de rallye HOG à Rome . En 2 014 , plus question d'écouter un quelconque thérapeute , et nous avons inscrit ce Super Rallye à notre calendrier . Comme ça devait se dérouler à Tallinn , capitale de l'Estonie comme vous le savez tous , nous avons prévu une petite rallonge : la visite de Saint Petersbourg . Le titre de cet article sera donc :
"2014 Saint Petersbourg et le Super Rallye".

Préparation …........
Comme d'hab , Jack et moi on s'est partagé les rôles : à lui l'itinéraire , à moi l'organisation du voyage (villes–étape , hôtels , billets), ce qu'on sait bien faire .
Autres tâches : obtenir un visa russe , ce qui n'est pas de la tarte , mais est finalement moins dur que prévu , et constituer le groupe . Pour faire partie du groupe , plusieurs conditions , les principales étant d'avoir bon caractère (pas question d'emmener un emmerdeur , j'ai malheureusement déjà donné) et de savoir manier correctement un motocycle (pas question de rentrer dans un virage 50 m derrière un pilote et de se retrouver sur son siège passager à la sortie du virage) . Ne pas oublier qui est le chef était une autre condition .
Nous avons donc constitué un groupe de 8 bikers :
Annick , sur son V-Rod
Martine , sur son Heritage
Jean-Luc , mari de Martine , sur son Electra CVO
Jack , sur son Electra 2 014
moi , sur mon merveilleux Sportster 1200 C de 140000 km
ainsi que Pierre , mon cousin québécois , Catherine et Steve , de la région parisienne (personne n'est parfait) , mais ils ont dû annuler pour des motifs aussi divers qu'achat de maison ou vertèbre (et moto) cassée . Brèfle , nous sommes partis à 5 .

JOUR 1 / NANCY – HANOVRE

C'était le 30 Mai 2 014 . Une étape de liaison de 630 km , sur l'Autobahn , il y avait 650 km à tirer , aucun problème à signaler . J'ai un vieux pote de rugby là-bas , et il nous avait retenu des chambres dans le Pelikan Viertel, l'ancienne usine des stylos et encres Pelikan , transformée en résidence hôtelière aujourd'hui (eux aussi font fabriquer en Chine) , ainsi qu'une table dans un resto « allemand » . Pour ceux qui voulaient , jarret de porc sur choucroute , excellent , hyper copieux et pas cher . Pour info , ce resto a été fréquenté par Steffi Graf et André Agassi , ils sont en photo .

JOUR 2 / HANOVRE – TRAVEMÜNDE

On débute par une visite de Hanovre (ancien hôtel de ville du XIVème siècle , nouvel hôtel de ville , opéra) puis direction LÜBECK .
C'est le premier coup de cœur , il y en aura d'autres . La ville a souffert , mais il reste beaucoup de bâtiments de brique rouge (c'est typique de l'Europe du nord) . Il ne faut pas rater l'hôtel de ville , la cathédrale , l'église St Petri et sa tour panoramique(rassurez-vous , il y a un ascenseur), la maison de Willy Brandt , j'en passe , on ne peut pas tout voir et si vous voulez tout voir , allez-y , ce n'est pas très loin .

  Il ne faut surtout pas manquer la boutique KLEINEREGGEN ,  près de l'hôtel de ville . C'est là qu'on vend le meilleur marzipan (massepain pour les francophones) du monde .

  Petites nouvelles du groupe : Annick a un sac tellement lourd qu'elle a failli tomber en arrière et se transformer en tortue sur le dos . Et Martine commence a avoir des problèmes avec son alarme anti-vol (quel bonheur d'avoir un Sportster qui démarre simplement avec une clé) .

  Le soir , direction Travemünde , le port de Lübeck , pour embarquer vers Helsinki . Un dernier petit resto près du port (succulents Matjesfilets que beaucoup découvrent) et embarquement après 3 heures d'attente sur le quai  (car le bateau avait 3 du retard) .

JOUR 3 / TRAVERSEE VERS LA FINLANDE

  R.A.S. Il faisait beau , la mer était bonne , il n'y avait qu'à se laisser vivre .

JOUR 4 / HELSINKI

  Si on est parti avec du retard , on débarque à l'heure . On commence par un petit tour vers l'ouest , qui se termine au bord d'un lac , où les enfants jouent dans une eau qui ne dépasse pas 15 ° . Pas frileux , les gamins !!

  Retour à Helsinki , pour s'installer à l'hôtel avant de visiter la ville . Assez décevant , l'hôtel (le seul du voyage trouvé grâce à Booking,com) , dans un quartier pas terrible (ce qu'on ne voit pas sur Booking) et loin du centre (ce qu'on ne voit pas non plus) .

  Visite d'une ville pas terrible , pas franchement moche , mais il y a beaucoup mieux . La seule visite intéressante est celle de Suomenlinna , l'île fortifiée au large d'Helsinki , inscrite au patrimoine mondial .

JOUR 5 / HELSINKI – SAINT PETERSBOURG

  Il pleut , nous partirons donc bâchés . Et nous ne prenons pas la route directe , mais le chemin des écoliers , par Lappeerenta , histoire de voir si la campagne finlandaise est plus belle que sa capitale . La réponse est « oui » , on traverse de magnifiques forêts de conifères et de bouleaux , on longe des lacs , brèfle , c'est beau , mais si on en croit un finlandais rencontré sur le ferry , ce n'est rien à côté de la Laponie .

  Puis arrive la frontière russe . Pas trop de monde , mais le passage prend quand même 2 heures ½ . Et gros désagrément : contrairement à ce qu'on nous avait laissé croire , ils ne vendent pas d'assurance à la frontière . Sur 5 motos , 2 sont couvertes par leur assurance , 3 vont traverser la Russie sans assurance . Angoisse !!!!

  Première impression : les Russes conduisent comme des malades . Nous roulions un peu plus vite que la vitesse autorisée , et nous avons été doublés par la droite , sur une route à 2 voies . Avec leurs grosses berlines allemandes ou japonaises , ils se sentent invulnérables .

  Une fois arrivés en ville , il nous faut plus de 2 heures pour trouver l'hôtel et au total , il nous aurons mis 12 heures pour 450 km .

JOUR 6 / SAINT PETERSBOURG

  Après un petit-déj local pour certains et « français » pour les indécrottables franchouillards commence une longue longue journée de marche (les bécanes restent à l'hôtel à cause du défaut d'assurance) .

  Forteresse Pierre et Paul , avec son église (clocher de 122 m) et , sous la forteresse , au bord de la Neva , une plage . Surprenant !
  Promenade en bateau sur la Neva et dans les canaux . Je dirais volontiers « promenade enchanteresse », mais j'aurais peur d'être pompier .
  Palais d'été , Amirauté , musée de l'Ermitage , et les églises plus belles les unes que les autres . Nous voulons voir St Isaac (fermé le mercredi) et St Sauveur ,qui ressemble à St Basile sur la Place Rouge à Moscou avec ses bulbes , mais elle fermée le mercredi . Devinez quel jour nous sommes ? Mercredi ! Pas de bol ! Je me rabats sur la mosquée (entrée et coupole copiées sur la mosquée de Samarcande) mais elle est fermée pour travaux .

  Après ces nombreux km , repas géorgien où je regoûte au khatachpouri , dont les Géorgiens ont fait don à l'humanité . Si vous ne connaissez pas , allez «  chez Vassili » , à Nancy , il vous régalera .

JOUR 7 / SAINT PETERSBOURG

  C'est la journée cartes postales , concession (faut bien acheter un ticheurte) et visite du château de Catherine à Pouchkine , où se trouve le cabinet d'ambre .
  Marche à pied , taxi , métro (60 m de profondeur , impressionnant) , trouver la gare pour aller à Pouchkine , 2 heures pour trouver le guichet et apprendre que ce n'est pas la bonne gare . Gros coup de ralbol pour Jack et moi , on décide de rentrer se reposer car en plus on crève de chaud , tandis que les 3 autres , courageux , finissent par trouver la bonne gare et par visiter ce fameux château . Bravo à eux !

JOUR 8 / SAINT PETERSBOURG – TALLINN

  Départ avec le merdoyage habituel : pas de carte , plan de ville trop partiel, GPS Harley qui ne fonctionne pas en Russie , rares panneaux indicateurs illisibles puisque écrits en cyrillique . Et , miracle , un bon Samaritain russe , en BMW , a pitié de nous et nous amène sur la route . Il nous guide bien pendant une trentaine de km !

  Auparavant , au petit-déj , un russe inquiétant nous avait abordés . Il était à la bière , à 9 h du mat' , mais s'est révélé fort sympathique . Il arrivait de Mourmansk , sur l'océan glacial arctique , où il bossait comme « ingénieur en surimi » (en anglais , « imitation of crabsticks ») dans une usine achetée aux Japonais par Gorbatchev .

  Route sans problème , passage en douane plus rapide , avec de nombreux motards se rendant au Super Rallye de Tallinn , et installation dans notre chouette petit hôtel dans le vieux Tallinn , dans le quartier des ambassades .

JOUR 9 / TALLINN

  Visite du site de ce Super Rallye , but initial de notre voyage .
Il y a environ 10 000 bikers dans ce site au bord de la mer (il y a juste la route à traverser et on est sur la plage) , il fait toujours beau et c'est très bien organisé , sur le plan matériel, pour les nombreux bikers campeurs . Il y a même un sauna ambulant !!

  Côté animation : une chanteuse estonienne qui mouille le maillot , de même que ses danseuses , et entre les groupes qui passent sur scène , un groupe  marrant avec une batterie installée sur un servicar , interprète du rock 60-70 (ce que Sylvie Vartan et E. Mitchell chantaient en français à la même époque) .

  Stands : comme partout , ni mieux , ni moins bien .En revanche , pas de stand de préparateurs .

  C'était pour nous la découverte du Super Rally , et ça nous a donné envie d'assister au prochain , à Lincoln , chez les rosbifs .
  Et pour finir la journée , l'Heritage refuse de démarrer et Martine se découvre une envie irrépressible de conduire une 106 . Tous les goûts sont dans la nature ! Heureusement , Boris , notre hôtelier, nous paie le digestif . Un brave garçon !

JOUR 10 / TALLINN

  Au réveil , un orage , qui ne dure pas et on part visiter la ville à pied
Cathédrale orthodoxe Alexandre Nevski (la Finlande a été longtemps sous domination russe) , avec des dorures partout , des icônes et il se dégage une très grande ferveur (car il y avait un office) .
Remparts et chemin de ronde (pour y accéder , l'escalier a des marches d'une hauteur de 30 cm) , place de l'Hôtel de Ville (je me déguise en chevalier) , monastère dominicain du XIIIème siècle , pharmacie de l'hôtel de ville (la plus vieille pharmacie d'Europe encore en activité ) .

  Il fait beau , ça monte , ça descend , et je suis soudainement pris d'un sentiment de fierté et de bonheur d'être européen .

  Et n'oublions pas le café KOLEV , qui fabrique un marzipan aussi bon que celui de Lübeck . 
Un conseil : allez à Tallinn !

JOUR 11 / TALLINN / VILNIUS

  Une longue étape , 600 km prévus , démarrée tardivement , pour cause de petit déj servi à 9 heures seulement . Et pourtant , il va falloir abattre des kilomètres avant d'atteindre le sud de la Pologne , Cracovie en l'occurrence.

  La route ,  entre les sapins , longe le bord de mer . Elle a beau être désespérément droite , elle n'en est pas moins agréable . De temps à autre , on aperçoit des cigognes , beaucoup plus qu'en Alsace (désolé pour mes voisins) .

  Au milieu du parcours , arrêt à Riga (Lettonie) pour voir le quartier Art Nouveau (on dit aussi « Jugendstil »). L'architecte de la plupart de ces splendides immeubles du début du siècle dernier est Mikhaïl Eisenstein , le père de Sergueï Eisenstein , le cinéaste (ne me dites pas que vous ne le connaissez pas , c'est l'auteur du film « le cuirassé Potemkine » , alors , vous voyez  bien que vous le connaissez).

  Vilnius enfin , après 10 heures de route . Nous logeons dans un ancien monastère , au milieu d'églises de style PECOS (pays d'Europe centrale et orientale) , c-à-d jaunes et à bulbe .
  La ville a aussi abrité une des plus importantes communautés juives d'Europe , mais elle a malheureusement été quasi anéantie . Il y avait même une déco de chandeliers à 7 branches dans notre resto , qui n'était pourtant pas un resto juif .
  Vilnius a aussi des liens étroits avec Montmartre , grâce à André Dumas , le chanteur de rue bien connu (si , si , il a bien existé , j'ai regardé sur Wikipedia) .

JOUR 12 / VILNIUS - LUBLIN

  Encore une longue étape de 600 km , et après le Luxembourg , l'Allemagne , la Finlande , la Russie , l'Estonie , la Lettonie , la Lituanie , nous rentrons en Pologne .

  Deux surprises : avant la frontière , dans la jolie ville de Mariampole , il y a un terrain de rugby , entouré de gradins (ce qui prouve qu'il y a des spectateurs) . J'en suis tout ému !
  L'autre bonne surprise , c'est qu'il y a enfin des collines . L'Europe du Nord est plate de la Hollande à l'Oural , mais là , c'est une exception . La route est donc bien plus agréable , avec des forêts habitées par des élans , des cigognes par centaines (pauvres Alsaciens) ,

  Malheureusement , dans cette partie de la Pologne , pas d'autoroutes . La circulation est démentielle , et il ne faut pas hésiter à utiliser la moindre possibilité de doubler , sinon on roule à 40 km/h (on pourrait presque se faire doubler par un vélo) . On doit se farcir des files de 15 , voire 20 poids lourds . Mauvais souvenir !

  La vieille ville de Lublin est très agréable , pleine de vieilles maisons , d'églises (jaunes et à bulbe bien sûr) et de bistrots et restos avec terrasse (il continue à faire super beau) . En bas de la ville piétonne , un château entièrement restauré , mais pas très aimé des habitants , car il a servi de QG à la Gestapo puis au KGB , et de prison en même temps . Les Allemands et les Soviets sont partis , mais le souvenir de leurs exactions reste .
  Et aussi , à ne pas oublier , une permanence de Solidarnosc . Chapeau messieurs ! le monde a changé grâce à vous .

 

 

JOUR 14 / CRACOVIE

  Visite de la mine de sel de Wieliczka , inscrite au patrimoine mondial . On en extrait le sel depuis 900 ans , il y a 55 km de galeries descendant à 135 m sous terre  . Tout au long du parcours (débuté par une descente de 378 marches , heureusement qu'on remontera par un ascenseur) , des statues de sel représentent de grands hommes ayant visité les lieux (Copernic , Goethe , Josef Pilzudski, …) ou la légende de la fondation de la mine par Ste Kinga (Cunégonde) , princesse hongroise fiancée au prince polonais Boleslas . Et , à -100 mètres , la fameuse cathédrale de sel . Tout est en sel , les lustres , l'autel , les bas-reliefs (la Cène , Jésus au temple , les noces de Cana , …) et au fond , une statue de mon idole Jean – Paul II.
Pour info , cette cathédrale est dédiée à cette brave Kinga . C'est FABULEUX !!!

  L'après-midi  , concession (ticheurtes , bien sûr) où l'accueil est fort agréable , repos , repas , dodo . La fatigue commence à se faire sentir .

JOUR 13 / LUBLIN – CRACOVIE

  Moins de route , mais toujours autant de camions et aussi peu de possibilités de les doubler . Nous arrivons dans l'après-midi . Petite sieste pour certains , petite bibine pour d'autres , avant de visiter la ville en « golfette » (petite voiturette électrique) .

  Première partie : la vieille ville , avec ses nombreux couvents (Dominicains , Franciscains , Augustins) et églises de brique à la décoration somptueuse . La place du marché est la plus grande place médiévale du monde (un carré de 200 x 200 m) . Au milieu , une tour avec un sonneur marquant certaines heures avec son cor . Il s'arrête au milieu , pour commémorer son lointain prédécesseur , avertissant la ville de l'arrivée des Tatars et tué au milieu du morceau par une flèche tatar .
  Sans oublier le château de Wavel , où sont enterrés les rois polonais et des grands hommes (Thadeusz Kosziuszko , Adam Mickiewicz entre autres , et sa cathédrale dont l'archevêque fut , il n'y a pas si longtemps , un certain Karol Wojtyla , devenu depuis Jean – Paul II et qui a lui aussi grandement contribué à l'effondrement du communisme . Chapeau à vous aussi , Monsieur !
  Et on continue : fontaine de St Stanislas (eau ferrugineuse) , université (Copernic y a étudié) , résidence de Karol Wojtyla quand il était archevêque de la ville , jardin (4 km x 50 m) remplaçants les remparts abattus , etc ... etc ...

  Deuxième partie : Kazimiers , la ville juive . Elle doit son nom à Casimir , roi de Pologne , amoureux de la belle Esther , dont il eut 2 enfants . Longtemps , ce fut une ville indépendante . Elle est aujourd'hui rattachée à Cracovie .
  Nombreuses synagogues , aujourd'hui transformées en musées , car sur 65 000 Juifs vivant là avant la guerre , seuls 3 000  ont survécu au passage des nazis . Il en reste une en activité . Le tour finit dans notre rue . Notre hôtel (Klezmer Hojs , soit « maison Klezmer » en yiddisch) est l'ancien bain rituel . Juste à côté se trouve la maison natale d'Helena Rubinstein (toutes les femmes connaissent  son nom) qui a dit un jour : « il n'y a pas de femmes laides , il n'y a que des femmes paresseuses » .

  Le soir , repas traditionnel juif , avec du « gefillte Fisch » , de la wodka casher , et concert de musique klezmer (musique traditionnelle ashkénaze).

JOUR 15 / CRACOVIE – PRAGUE

  Encore des collines , c'est bien pour un motard , mais toujours autant de camions , c'est moins bien . Et toujours autant de camions après la frontière tchèque , avec , en plus , des déviations . 10 heures pour 500 km à peine! Le GPS Harley merde , ou bien on ne sait pas l'utiliser , toujours est-il qu'au vu de notre fatigue , on a voulu finir l'étape par l'autoroute , mais qu'on ne l'a pas trouvée . No comment !!!

  Hôtel dans Stare Mesto , superbement situé près du pont Charles , mais il faut se garer ailleurs , c'est interdit dans la rue . Merci à l'Intercontinental qui nous a ouvert son parking souterrain et fait 50 % de réduction .
  Le soir , U Fleku , célèbre brasserie pragoise ouverte depuis 515 ans , nous accueille . Repas tchèque et soirée cabaret .

  Retour à pied , en passant devant l'Opéra tout éclairé . Grandiose !

JOUR 16 / PRAGUE

  Que dire d'une aussi belle ville ? C'est à tomber par terre , tout mériterait d'être signalé . Citons Stare Mesto (place rose ce jour là , car il y avait une action contre le cancer du sein) , la Tour Poudrière , la mairie , le Pont Charles , la Vltava (Moldau) , Mala Strana , et des dizaines de façades . Egoïstement , on voudrait avoir la ville pour soi-seul , car il y a , hélas , beaucoup de monde .
 
  Sieste (c'est sacré chez moi , et je vous rappelle que la fatigue gagne) puis concert classique (il y en a des dizaines tous les jours) . Nous , on choisit celui qui se déroule dans la salle où a été tourné « Amadeus » , le film de Milos Forman .

  Visitez cette ville merveilleuse , c'est un conseil .

JOUR 17 / PRAGUE – DRESDE

  Retour en Allemagne , ça sent la fin . La route traverse les monts de Bohème , c'est joli , mais l'autoroute a son charme quand on est un motard fatigué . Mais c'est oublier que notre GPS Harley n'aime pas les autoroutes tchèques , il n'en dénichera une qu'après le passage de la frontière allemande . JE HAIS LES GPS .

  Dresde dans l'après-midi  , la visite commence par la Frauenkirche , entièrement reconstruite  . Etonnant : on dirait un théâtre à l'italienne , avec un parterre et 5 ou 6 étages de balcons . Je n'avais jamais vu ça .
  Le château est en réfection , mais sur la façade on trouve une fresque de 25 000 carrelages peints .
  De l'autre côté de l'Elbe , une statue du cavalier d'or . Il s'agit en fait de Frédéric – Auguste II , Electeur de Saxe , roi de Pologne . Que vient faire la Pologne ? Simple , il a été viré du trône polonais par notre bon Stanislas Leszczinski (devenu plus tard duc de Lorraine) . Puis il a repris son trône et ce vieux Stan est parti en exil . Mais il a fini par mourir , et Stan a repris le trône polonais avant de le perdre à nouveau au profit du fils de Frédéric-Auguste . J'avoue avoir éclairci ce point d'histoire grâce à Wikipedia , et si je l'avais su plus tôt , peut-être aurais-je dynamité la statue de ce salopard qui n'a cessé de faire des ennuis à notre bon Stanislas (oui , celui de la place éponyme) .

  Brèfle , Dresde est une bien jolie ville (« la Florence de l'Elbe ») , mais elle souffre de la comparaison avec Prague . Il aurait fallu la visiter avant Prague .

JOUR 18 / DRESDE – NUREMBERG

  Fatigue encore , et honte à nous : on prend l'autoroute . On passe près de Zschopau , lieu de naissance de ma première bécane : une 125 MZ (2 temps , 4 vitesses) . Je suis ému !

  Nuremberg est aussi une jolie ville , avec des remparts , une rivière et une plage artificielle (genre Paris-Plage) , mais on ne pense plus qu'à manger (des saucisses de Nuremberg) et à dormir .

JOUR 19 / NUREMBERG – NANCY

  Youpi , on rentre chez nous et tout s'est bien passé . Aucun ennui de bécane (sauf l'Heritage qui ne démarre qu'après avoir joué avec les clignotants) , toujours du beau temps (à part la route entre Helsinki et St Petersbourg) , tout baigne !!!!!!!

  Il ne faut jamais parler trop vite ! En quittant l'hôtel , on fait le plein et là , l'Electra CVO de Jean – Luc ne redémarre pas . L'assistance envoie le dépanneur (la société Bras Cassés GMBH) et on se retrouve à la concession . Diagnostic : poignée électronique en rade , il faut la changer mais ce n'est pas une pièce très courante (CVO) et ils n'en ont pas en stock . Il faut laisser la bécane sur place . Heureusement , l'Heritage roule encore et sa selle est biplace . Le mari rentre donc sur la moto de sa femme devenue passagère . Au total , 5 heures perdues .

  Et ce n'est pas fini . 500 m après le retour en France , alors qu'il ne lui reste qu'une cinquantaine de km à parcourir , c'est le V-Rod d'Annick qui tombe en rade , radiateur percé . La machine en sécurité dans un petit garage en contrebas de l'autoroute , on abandonne Annick , que son mari (il n'était pas en vacances , le pauvre) vient chercher .

CONCLUSION :

si vous voulez faire 5100 km en 19 jours sans ennuis , roulez en SPORTSTER ! Refroidissement à air (pas de radiateur) , poignée à câble (pas électronique) et pas d'anti-vol merdique « spécial HD » .

 

 

EPILOGUE :

  Jean – Luc et moi sommes retournés à Nuremberg chercher sa bécane réparée . Nous avons fait provision de saucisses et de Lebkuchen (le pain d'épices local) et  nous sommes revenus avec un arrêt à Rothenburg ob der Tauber , une petite ville médiévale adorable que je vous recommande (une de plus) . Le voyage était maintenant terminé .

Autres reportages

photosVoir l'album photos du voyage --> ICI

photosVoir l'album photos du Super Rallye--> ICI



  reportage juillet 2014 : Hanspeterg. - photos : Jean-Luc Gilfrich
En vertu de votre «droit à l'image», vous pouvez demander ici. qu'une photo où vous apparaissez soit retirée du site.