Viaje iberico 2012 - février 2012

Ce périple a conduit 7 membres du Lorraine Chapter et 2 du Franche Comté chapter au Portugal et en Espagne , 6 000 km au total , en 19 jours .

DIMANCHE 10 JUIN : Nancy – Vierzon

Pas grand chose à signaler . Le rendez-vous est sur l'autoroute , et , comme c'est moi le plus proche , j'arrive le dernier , c'est normal . La météo est alarmiste , mais tout va bien jusqu'à midi . Après une visite rapide de l'abbaye cistercienne de Pontigny (très beau jubé , très belles stalles en bois pour les moines) nous déjeunons en famille (en fait , chez la nièce de la Fauvette) .
L'après-midi , pluie jusqu'à Vierzon , rien d'autre à signaler .

LUNDI 11 JUIN : Vierzon – Lencouaq
Les météorologues ont fait des progrès . Ils annoncent de la flotte , il y a de la flotte , ça va durer toute la journée avec quelques accalmies . Arrêt à Périgueux , on voudrait visiter la cathédrale St Front , mais elle est occupée (il y a un enterrement) . La Fauvette , responsable culturelle du groupe , vient de gagner le titre de responsable cultuelle .
La traversée des Landes est pluvieuse . Ce soir , repas landais .

 

MARDI 12 JUIN : Lencouaq – Burgos
Il pleut et on rêvasse . On repense au plantureux repas landais d'hier soir , et les noms des endroits traversés font rêver l'amateur de rugby que je suis : St–Sever , Hagetmau , Dax , Mont de Marsan , Aire sur l'Adour , je revois les tableaux de résultats des journées de championnat , commentés par Roger Couderc , sur la télé en N et B de mes parents . Il a au moins 50 ans ….. L'émission s'appelait Sports Dimanche .
Après ce ¼ d'heure de nostalgie , on monte vers Roncevaux . C'est tellement glissant qu'on ne peut pas se livrer à notre habituelle arsouille .
Frustrant !! Petit en-cas au resto , en face de la pierre sur laquelle Roland a cassé son épée . En face , un monastère (non , on ne le visite pas) avec 200 lits pour pélerins (on est sur le « camino francès » de Compostelle ).
Et après le casse dalle , la pluis cesse ! Miracle ! Mais ça ne dure pas . Sympathique arrêt à la fontaine de pinard d'Irache . C'est destiné aux pélerins , et le vin coule à flots GRATUITEMENT , même pour les non-pélerins . Arrivée à Burgos , célèbre pour sa cathédrale (le Cid et sa Chimène y sont enterrés) , mais ces trois jours de pluie m'ont tué et je zappe la visite , faudra que j'envoie une carte à Chimène pour m'excuser .

MERCREDI 13 JUIN : Burgos – Pinzio
Aujourd'hui , on passera au Portugal , mais avant , on roule . Il fait beau , mais frais .
Premier arrêt à Valladolid et première difficulté . J'ai avec moi un groupe de Franchouillards , à qui je tente en vain de faire prononcer correctement le nom de cette jolie ville (vaLIAdolid) . Je vous passe le nom des églises , vous les trouverez si vous allez là-bas .
Deuxième arrêt à Salamanque , sa Plaza Mayor , ses restaurants .Deuxième échec : comment prononcer correctement « paella » ? Aux fenêtres , de nombreux drapeaux espagnols (et un néerlandais perdu) nous font réaliser qu'on est en pleine coupe d'Europe de fotteballe .
Après la frontière avec le Portugal , descente vers Pinzio . J'ai réservé à l'hôtel de Paris , où j'étais passé en 4L il y a 44 ans . L'accueil de José Martins avait été fantastique , et aujourd'hui , celui de son fils Joao Martins est tout aussi fantastique , on ne verra pas mieux durant ce périple . Le repas (jambon , morue , cochon de lait , fromage , dessert , café , liqueur , pinard) restera dans les annales . Le tout pour un prix ridiculement bas . S'il y a une chose à retenir de cet article , c'est cette adresse . Pour aller à Pinzio , sortir de l'autoroute après la frontière , et l'auberge est au milieu du village

<

 

JEUDI 14 JUIN : Pinzio – Cascais
Et avant notre départ , Joao offre encore à chacun une bouteille de vin local !
On enfourche nos machines , direction Coïmbra , célèbre pour son fado et son université , puis Batalha et son monastère en gothique flamboyant , style assez rare dans le sud de l'Europe . Il y eut une bataille (batalha en portugais) entre deux prétendants au trone du Portugal . L'Espagnol avait une armée très puissante , alors que Jean 1er , le Portugais , couronné depuis une semaine à peine , avait une armée de bric et de broc , il aurait donc dû perdre . Mais c'était sans compter avec la Vierge Marie , avec laquelle il avait fait alliance . Il a donc gagné , préservant l'indépendance du Portugal , et fait construire le monastère pour remercier son alliée . Le soir , arrivée à notre hôtel près de Cascais , faudrait pas oublier que le Rallye européen du HOG se déroule à Cascais et que c'est pour ça qu'on est venu .

VENDREDI 15 JUIN : Cascais

Lionel , le passager de sa Dulcinée , nous fait un malaise au petit-déj. Il est plus vert que son ticheurte . Heureusement que Sylvie , qui fut infirmière avant d'être retraitée (et qui n'a pas tout oublié) le remet d'aplomb . Tout va bien et on pourra rigoler de l'incident ! Le site : habituel , 2 concessionnaires , des boutiques de sacs , d'accessoires et de colifichets . Pas de quoi se relever la nuit , mais ce n'était pas le but du voyage , seulement le prétexte .
La ville de Cascais est assez jolie , avec ses petites rues pavées et ses maisons blanc et bleu . Après une petite balade à pied , reprise des bécanes pour voir la boca d'inferno (bouche de l'enfer) , creusée dans la falaise par les éléments déchaînés (mais enchaînés aujourd'hui) et le Cabo da Roca , point le plus extrème (vers l'ouest) du continent européen . Puis , petits virolos sympas dans la montagne boisée autour de Sintra . Il fait beau , on roule en bras , un régal !

SAMEDI 16 JUIN : Cascais

Petite balade . On commence par le palais-couvent de Mafra , érigé par un roi (Jean V) non pas pour gagner une bataille , mais pour avoir un enfant . Longue tradition d'alliance entre les souverain portugais et Dieu . Cela va-t-il se perpétuer pour permettre à l'équipe portugaise de gagner l'Euro de fotteballe ? A ce propos , on voit autant de drapeaux ici qu'en Espagne il y a quelques jours .
Et encore des virages sympas jusqu'à Ericeira , petit port de pêche , où nous ne mangeons PAS de morue , mais des sardines .
Retour par Sintra et son château de Pena , perché tout en haut de la montagne . Ce fut la demeure de plusieurs rois portugais , jusqu'au dernier , mort vers 1 930 , au début de la dictature Salazar . Différents styles , ça fait un peu penser à Neuschwanstein , la demeure de Louis II de Bavière .

DIMANCHE 17 JUIN : Cascais

Aujourd'hui , c'est la visite de Lisbonne . On passe par Queluz et son pavillon de chasse devenu résidence royale . Le jardin est superbe , avec un pavillon entièrement couvert d'azulejos (les fameux carrelages extérieurs caractéristiques du Portugal) et un canal qui passe entre des murs également recouverts d'azulejos . Ce qui ne gâche rien , la visite est gratuite , nous sommes dimanche !
Lisbonne . On arrive par la tour de Belem , au bord du Tage . Elle était au milieu du fleuve lors de sa construction , mais le lit du fleuve a un peu changé de place .
Bus à impériale (spécial touristes) pour voir les principaux endroits de la ville (Place du Commerce , Place du Marquis de Pombal , couvent des Hyeronimites , arènes , etc...) . Ce brave Marquis de Pombal a reconstruit la ville dévastée par un tremblement de terre , et c'est lui qui a interdit la mise à mort des taureaux dans les corridas portugaises . Un grand homme ! Tramway , ligne n°28 . Un must ! Il traverse le vieux quartier de l'Alfama , où les rues étroites montent et descendent , rasant les voitures stationnées . Je ne sais pas de quelle époque date ce tram , mais on ne doit pas être loin du siècle .
Le soir , Clube de Fado , toujours dans l'Alfama (c'est dans ce quartier qu'on entend le meilleur fado de Lisbonne) , puis retour à pied vers la Place du Commerce (il faut sentir la ville) et tram vers la Tour de Belem , où nos bécanes nous attendent sagement .

LUNDI 18 JUIN : Cascais – Evora 

Petite étape à Setubal , ville dont je connais l'existence depuis 60 ans et la chanson « les lavandières du Portugal » , chantée par Yvette Giraud . Les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître . Il y a bien un superbe couvent (couvent Jesus) , mais , manque de bol , il est fermé .
La route dans l'Alentejo , au milieu des vignes et des chènes-lièges , est plaisante .
Arrivée à Evora , inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO , connue pour son joli temple romain du 1er siècle , ses églises baroques , ses ruelles étroites , avec des maisons blanches et jaunes, ses restaus . Un régal pour les yeux .

MARDI 19 JUIN : Evora – Séville 

Une journée avec beaucoup de kilomètres , mais tout se passera bien . Descente vers le sud , à travers l'Alentejo (vignes , oliviers , orangers , bambous) sur une route qui finit par tourner agréablement . Et enAlgarve, la route redevient vallonnée . Rien que du bonheur .
Faro , joli port , capitale de l'Algarve nous permet de casse-croûter au bord de l'eau et ensuite , direction plein est , vers Séville . On repasse en Espagne .
Superbe ville que Séville , à mes yeux la plus belle depuis qu'on est parti . Cathédrale de la Giralda (et oui , encore une cathédrale , mais celle-là je la visite) à l'autel recouvert de feuilles d'or . Ruelles étroites , places ombragées , bistrots sympas , un peu trop de boutiques à touristes vendant les habituelles conneries , chevaux et calèches , tout invite à passer une semaine à Séville . Mais demain , il faudra repartir .
Le côté sportif , c'est la conduite en groupe , au milieu de la circulation . Heureusement que ma connaissance limitée du castillan m'a évité de comprendre toutes les insultes .

MERCREDI 20 JUIN : Séville – Cordoue – Grenade

La route entre Séville et Cordoue est tarte . Je repense à la Norvège en 2011 : villes pas terribles , sauf Bergen , et routes sublimes . Ici , villes splendides et routes tarte .
Cordoue : le pont romain et LE coup de pied au cul . Je veux parler de la Mezquita . Il y a eu une basilique , que les Arabes ont détruite pour bâtir une mosquée , qui était la plus grande de la région et qui rivalisait en importance avec celle de Damas . Après la Reconquista , cette mosquée n'a pas été détruite , mais transformée en cathédrale . On trouve un mélange de styles absolument sidérant . C'est peut-être le plus beau bâtiment qu'il m'a été donné de visiter dans ma vie .
La route entre Cordoue et Grenade , par la Sierra Nevada , est plus agréable que celle de la matinée , mais il est trop tard pour visiter les jardins de l'Alhambra . Fallait pas passer autant de temps à la Mezquita , mais je ne regrette rien .

JEUDI 21 JUIN : Grenade – Tolède

Toujours la Sierra Nevada , au milieu des oliviers . Des millions d'arbres ont été plantés depuis des années . L'odeur d'huile d'olives est partout , on a l'impression de nager dans l'huile , après avoir pris une douche d'huile . Toutes les stations service vendent de l'huile d'olives , à un prix ridiculement bas , mais nous n'avons que de petites sacoches . Les mêmes stations vendent aussi des plats « canaille » pour routiers . Les oreilles de cochon que Jean – Luc et moi avons partagées resteront inoubliables .
La route est aussi celle de Don Quichotte (de la Mancha) . Il a été armé chevalier à l'auberge de Puerto Lapice, par l'aubergiste qu'il avait pris pour le seigneur du lieu . Le café y est bon , et le bar est rempli de Japonais . Si j'avais touché 1 € à chaque fois qu'on a touché ma barbe , je serais riche . Quelques kilomètres plus loin , Consuegra , et son alignement de moulins , que Don Quichotte a combattus .
Tolède , étape du jour . La ville est perchée sur une colline , et il y a comme d'hab des petites ruelles , des jardins , des bistrots et une cathédrale (oui , je sais) dont l'entrée est payante . Je la zappe ! Les rues sont noires de monde . Pour moi , la ville la plus agréable depuis notre départ !
Cette journée a aussi été marquée par l'écroulement d'un mythe : Jean – Mi, mon beau-frère , mon idole , est tombé à la station service ( pardon , j'ai oublié qu'un pilote HD ne tombe pas , il « pose la moto ») .

VENDREDI 22 JUIN : Tolède – Avila – Ségovie

Petit problème en partant : le parking veut nous escroquer . On en vient presque aux mains , mais ça finit par se régler .
Deuxième problème : le road captain , les yeux rivés sur son GPS (je déteste ces appareils) ne voit pas la flèche l'obligeant à tourner à droite et s'enfile à gauche dans une rue interdite à la circulation . Un flic l'arrêtera , et le remettra dans le droit chemin sans le verbaliser . Sur la route , la végétation a changé , ça ne sent plus l'huile d'olives , mais le pin .
Surprise préparée par la Fauvette : les taureaux de Guisando , 5 bestioles sculptées grandeur nature dans le granit , entre 300 av JC et 300 après JC, et rassemblées par un fils respectueux voulant honorer son chef de père . Avila et ses remparts exceptionnels (2,5 km , 88 tours) le tout si bien conservé qu'on se demande s'ils ont servi un jour . Peut-être y a-t-il encore le plastique de protection .
C'est aussi la ville de Ste Thérèse d'Avila carmélite du XVIème siècle , Docteur de l'Eglise , une pointure .Oui , je sais …..
Ségovie , où on négocie tout de suite le parking pour ne pas avoir les mêmes ennuis qu'à Tolède . Superbe aqueduc romain , parfaitement conservé . C'est aussi le premier jour des fêtes de Ségovie (fiesta de San Juan y San Pedro) , avec musique et danses partout dans la ville , avec les reines de quartier (il y en a 13) et les reines de la fête , l'ancienne et la nouvelle . Pour terminer , feu d'artifice . Et , depuis la terrasse de l'hôtel , 5 nids de cigognes , à 10 mètres .

SAMEDI 23 JUIN : Ségovie – Saragosse

La route est redevenue ordinaire et un arrêt sympa à San Esteban de Gormaz (de la famille du père de Chimène) , sur le Duero (le Douro qui traverse Porto) . Maisons troglodytes et petites églises romanes (oui , je sais …)
Et enfin Saragosse , ville de Goya célèbre pour sa Vierge de Pilar (oui …) où la messe est dite en 3X8 . La zone piétonne est agréable , le bar à tapas est accueillant , 98 % des hommes et 50 % des femmes sont habillés en rouge , car ce soir , c'est France – Espagne de fotteballe . Va-t-on enfin être débarrassé de Ribéry , Nasri et de tous ces bras cassés qui me font honte ? OUI !!!! ARRIBA ESPANA Y MUCHAS GRACIAS !!!!!

DIMANCHE 24 JUIN : Saragosse – Luz St Sauveur

La journée des cols :
- Mon Repos et
- Portalet , en Espagne
- Aubisque et
- Soulor , en France
Et comme il fait beau , on peut jouer et oublier notre frustration du col de Roncevaux au début du voyage .
Et comme l'étape était courte (260 km) , je me paye le cirque de Gavarnie et le Tourmalet après l'installation à l'hôtel . La vie est belle ! Vraiment une belle journée de moto .

LUNDI 25 JUIN : Luz St Sauveur – St Lys

Journée chaude , suffocante même . Arrêt à Lourdes , mais je suis pris à la gorge par l'excès de bondieuseries et je ne visite pas la grotte . Les autres y vont et certaines achètent même , à prix d'or , des flacons d'eau de la grotte pour ramener à leurs mamans . Quelles bonnes filles !!
Mirande me laissera le souvenir d'un bon cassoulet .
Auch : on aurait pu visiter la cathédrale (oui , …) mais tout le monde en a marre et on zappe la ville , après un vote .
Toulouse , et la place du Capitole , ordinaire , même pas piétonne . Il fait vraiment trop lourd .
Le soir , barbecue chez la fille de la Fauvette (c'est pour ça qu'on à fait étape là) . Sympatoche et arrosé !

MARDI 26 JUIN ; St Lys – Voray

Chaleur à crever , on zappe Albi et sa cathédrale (oui , …..) car les visites ont fatigué les gens . On a encore voté .
Le Puy , sa vieille ville et devinez quoi ? Oui , vous avez gagné , mais je zappe , mon quota est dépassé depuis longtemps .

MERCREDI 27 JUIN : Voray – Vézelay

Une route sympa , mais pleine de camions et il fait chaud , et à l'arrivée , le seul hôtel qui a merdé , il nous attendait la veille , mais tout s'arrange . Fait notoire (pour moi) : ma bécane a passé le cap des 120 000 km vers 3 h moins le ¼ , du côté de Nevers .
Je suis heureux ! La fatigue me gagne , et je ne visite pas la basilique (car il y en avait une , bien sûr) .

 

JEUDI 28 JUIN : Vézelay – Nancy

R.A.S.
Il faut maintenant penser à Rome 2 013 , mais je crains que mes Franchouillards ne prononcent pas mieux l'italien que l'espagnol .

albums de 172 photos --> ICI

 

 

Autres reportages

reportage : Hanspeterg (juin 2012) - photos : Jean Luc Gilfrich